La confiance des consommateurs est un élément vital et clé de différenciation pour les éditeurs

Image tirée de l’article de référence

 

On ne peut s’empêcher de se contenter de couper-coller la toute première phrase :  « La confiance des consommateurs est un élément vital et essentiel de différenciation pour les éditeurs dans un environnement concurrentiel. Favoriser la confiance, donner la priorité aux droits des consommateurs et offrir la transparence des pratiques en matière de données est plus important que jamais pour les éditeurs de premier ordre  » de cet article de Digital Content Next

Totalement en ligne avec notre précédent post sur TrustedOut Market, n’est-ce pas ?

Donc, sans surprise, nous avons adoré cet article. Voici ce que nous avons retenu :

L’écart entre la confiance dans les médias traditionnels et les médias sociaux n’a jamais été aussi grand.

Les marchés américain, canadien et européen ont également enregistré une confiance significative dans les médias traditionnels et la recherche par rapport aux médias sociaux. La confiance dans les médias traditionnels est à son niveau historique le plus élevé, soit 65 % aux États-Unis et au Canada et 60 % en Europe, et la confiance dans la recherche, à 61 % et 59 %, respectivement. Cependant, la performance des médias sociaux dans les deux marchés est à 34%.
L’écart en pourcentage entre la confiance dans les médias traditionnels et les médias sociaux n’a jamais été aussi élevé, soit 31 points aux États-Unis et au Canada et 26 points en Europe.
En termes de différences politiques, les consommateurs qui s’identifient comme électeurs républicains ne font confiance qu’à 33 % aux médias, contre 69 % des électeurs démocrates.

#MeToo fait passée d’une « population de masse » à un « public averti ».

De plus, plus de femmes pensent que le mouvement #metoo, (plus 23 points de pourcentage en glissement annuel) que les hommes (plus 18 points de pourcentage) passent du segment « population de masse » au segment « public informé ».

Les PDG doivent prendre l’initiative. N’attendez pas le gouvernement !

Les gens s’attendent aussi à ce que les dirigeants prennent les choses en main et initient le changement. Plus des trois quarts (76 %) des répondants indiquent que les PDG devraient prendre l’initiative du changement plutôt que d’attendre que le gouvernement l’impose.

Première priorité : l’égalité de rémunération. Dernière : fake news

Les besoins spécifiques de changement positif comprennent : l’égalité de rémunération (65%), les préjugés et la discrimination (64%), la formation pour les emplois de demain (64%), l’environnement (56%), les données personnelles (55%), le harcèlement sexuel (47%) et les fausses nouvelles (37%).

Partagez sur:

Publié par

Freddy Mini

CEO & co-fondateur