Evolution de la confiance dans les médias au travers des étapes de l’éducation


2 enquêtes très intéressantes et connectées, de la Fondation Knight, pour voir comment la liberté d’expression a un impact sur la confiance dans les médias sur 2 étapes importantes de l’éducation : Collège et lycée (aux USA) : source Gallup/Knight Nov-Dec 2017 pour les universités et Knight 2018 pour le lycée.

Indications sur les possibles évolutions

Comme TrustedOut profile les médias, il est important de se faire une idée de ce qui va se passer et de comprendre comment les jeunes générations prévoient comment ils vont consommer l’information (à nouveau: les chiffres et constatations concernent les USA).

Nos constatations

LE PREMIER DÉFI DU PREMIER AMENDEMENT : LIBERTÉ D’EXPRESSION CONTRE DIVERSITÉ ET INCLUSION. TOUS LES DEUX EXTRÊMEMENT IMPORTANTS AVEC 56% CONTRE 52%…..

« Les élèves apprécient à la fois la liberté d’expression et l’inclusion, bien que leur engagement en faveur de la liberté d’expression puisse être plus fort dans l’abstrait que dans la réalité. La majorité des étudiants affirment que la protection de la liberté d’expression (56 %) et la promotion d’une société diversifiée et inclusive (52 %) sont extrêmement importantes pour la démocratie. Les étudiants continuent de préférer les campus à des environnements d’apprentissage ouverts qui permettent d’entendre un large éventail de points de vue plutôt qu’à des environnements qui interdisent certains types de discours potentiellement nuisibles, mais pas aussi largement qu’en 2016. »

… MAIS 61 % S’ABSTIENNENT D’EXPRIMER LEUR POINT DE VUE PARCE QU’ILS CRAIGNENT QUE D’AUTRES NE S’OFFENSENT…

« … plus d’étudiants aujourd’hui (61 %) qu’en 2016 (54 %) sont d’accord pour dire que le climat sur leur campus empêche certains étudiants d’exprimer leur opinion parce qu’ils ont peur que d’autres ne s’offensent.

… « LES ÉTUDIANTS DISENT QUE L’EXPRESSION SUR LE CAMPUS s’est deplacee vers internet…. »

« Un plus grand nombre d’étudiants affirment que les discussions sur les questions sociales et politiques se déroulent principalement sur les médias sociaux (57 %), plutôt que dans les lieux publics du campus (43 %). En même temps, un pourcentage croissant d’étudiants s’accordent à dire que les médias sociaux peuvent étouffer la liberté d’expression parce que les gens craignent d’être attaqués ou bloqués par ceux qui ne sont pas d’accord avec leurs opinions. »

… ET « 80% SONT D’ACCORD POUR DIRE QU’INTERNET EST RESPONSABLE D’UNE EXPLOSION DU DISCOURS DE HAINE. »
PENDANT CE TEMPS, LES LYCÉENS S’ACCORDENT À 89% SUR LE FAIT QUE « LES GENS DEVRAIENT POUVOIR EXPRIMER DES OPINIONS IMPOPULAIRES », CE QUI ACCROÎT LA MÉFIANCE DANS LES MÉDIAS CLASSIQUES ET SOCIAUX….

« Près de la moitié (49 %) des élèves du secondaire et plus de la moitié des enseignants (51 %) disent qu’ils n’ont pas beaucoup ou pas du tout confiance dans les médias pour rapporter les nouvelles avec exactitude et équité. « Seulement 46 % des étudiants disent qu’ils utilisent souvent les médias sociaux pour obtenir des nouvelles, contre 51 % en 2016. »

… GÉNÉRER UNE CONFIANCE CROISSANTE DANS LE JOURNALISME CITOYEN.

« En 2018, 40 pour cent des étudiants ont dit qu’ils faisaient plus confiance au contenu – images, vidéos et comptes rendus – affiché par les gens que les sources de nouvelles traditionnelles ; ce nombre est passé de 26 pour cent en 2016. Les enseignants font également preuve d’une confiance accrue dans les efforts de journalisme citoyen. »

LES FAKES NEWS NE SONT PAS UNE MENACE POUR LA DÉMOCRATIE. POUR EUX.

« Contrairement à ceux qui travaillent et couvrent les médias 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, les adolescents ne considèrent pas vraiment les  » fausses nouvelles  » comme une menace pour la démocratie. Seulement 21 % des élèves du secondaire considèrent les fausses nouvelles comme une menace importante pour la démocratie. En revanche, 40 % des enseignants y voient une menace pour la démocratie. »

Conclusion :

Parmi les étudiants, nous (TrustedOut) observons un changement intéressant dans l’équilibre entre la liberté d’expression et l’inclusion sur les campus américains pour éviter les débats animés et déplacer certains d’entre eux en ligne et vers les médias sociaux en particulier. Cette liberté d’expression en ligne libère certaines haines qui peuvent être contenues dans des groupes et développer leurs propres chambres d’échos, mais qui peuvent aussi gagner des médias classiques avec le temps.

Les lycéens sont, comme on pouvait s’y attendre, plus enclins aux opinions tranchées, avec un fort attachement au 1er amendement/démocratie et une méfiance croissante et plus forte à l’égard de toutes sortes de véhicules d’information établis aujourd’hui. Le journalisme citoyen qu’ils ont tendance à privilégier n’est, en réalité, pas nouveau et, jusqu’à présent, non prouvé, mais en tout cas, les publications de journalisme citoyen devront s’intégrer dans les entreprises pour exister financièrement et obtenir un statut légal. Ils deviennent alors un logo avec des valeurs et des lectorats définis.

Les deux points ci-dessus conduisent à encore plus de supports d’information, encore plus évolutif et plus granulaire et donc à un besoin encore plus fort d’avoir un profilage permanent et des classifications réactives. TrustedOut Corpus Intelligence est fait pour cela.

Partagez sur:

Publié par

Freddy Mini

CEO & co-fondateur