Le TrustedOut.com nouveau est arrivé !

Une nouvelle version de TrustedOut.com est maintenant disponible !

Comme notre technologie et nos offres commerciales continuent d’évoluer, il était temps de mettre à jour notre site.

Nous avons décidé de réorganiser notre site en deux groupes :

Où, Pourquoi, Comment :
Vision, Bénéfices, Technologie
.

Notre vision est de donner un accès universel au contenu de confiance, afin que chacun, dans n’importe quelle organisation, puisse exploiter le contenu auquel il fait confiance et donc, faire confiance à toute décision prise à partir de celui-ci. Poursuivre la lecture…

Nos bénéfices proviennent de nos classifications basées sur l’IA qui apportent une expertise universelle non biaisée et toujours à jour pour profiler n’importe quel contenu. Cela offre des avantages inégalés par rapport aux mots clés, tels que l’orientation éditoriale et l’évolution dans le temps. Poursuivre la lecture…

Notre technologie est une technologie propriétaire de Machine Learning un profilage par IA sur mesure. Il s’agit d’ensembles de données mis à jour en permanence pour les classifications internes et externes. Poursuivre la lecture…

Qui :
Solutions pour Business Intelligence, Business Watch, Online Ads, Publishers.

4 pages dédiées aux solutions que nous proposons à 4 types de clients différents :

Pour les Business Intelligence Analystes: 

Le problème :
Vous ne pouvez pas faire confiance à ce qui sort de vos outils de BI si vous ne faites pas confiance à ce qui les alimentent. (« garbage in, garbage out »)
Notre solution :
Définissez le profil des sources de contenu correspondant à votre confiance et alimentez votre BI avec celles-ci.

Découvrir les Solutions pour Business Intelligence…

Pour les utilisateurs de Business Watch :

Le problème :
Comment aligner cadres, collaborateurs et partenaires sur les objectifs de l’entreprise ?
Notre solution :
Alimentez vos lecteurs RSS et vos outils de newsletters avec les Corpus de vos outils de BI.

Découvrir les Solutions pour Business Watch…

Pour Online Ads: les Annonceurs, les Agences et les Editeurs :

1. Brand Safety: Le problème :
Comment s’assurer qu’une marque est en totale sécurité ?
Notre solution:
Construisez et gérez votre liste blanche avec votre définition de ce qui est sûr pour votre marque.

2. Fin des Cookies: Le problème :
Comment cibler une audience en l’absence de cookies ?
Notre solution :
Intelligence tirée des classifications de l’article ciblé.

3. Lois sur les rapports pour annonceurs : Le problème :
Comment traiter les lois gouvernementales sur les rapports pour annonceurs telles que la loi Avia ?
Notre solution :
Les rapports utilisent les profils de Médias réalisés par TrustedOut. Alimentés par l’IA. Indépendants, universels et toujours à jour.

Découvrez les Solutions pour Online Advertising…

Pour les Publishers, Managers et Editeurs:

Le problème :
Comment mes sites sont-ils perçus ? Comment puis-je me comparer ? Mes efforts éditoriaux sont-ils visibles ?
Notre solution :
Obtenez des profils instantanés sur un média, une source et/ou des articles.

Découvrez les Solutions pour Publishers…

Questions? Let us know!

Posts à lire absolument.

1. Notre vision:

Accès universel aux contenus de confiance

  • La méfiance à l’égard des médias est un très, très gros problème.
  • Pas de confiance dans le contenu, Pas de confiance dans les décisions qui en découlent.
  • L’accès aux contenus de confiance devrait être comme l’eau ou l’électricité: une « Utility* ».Définissez le contenu dans lequel  vous avez confiance pour chaque segment de votre entreprise.

Accès universel aux contenus de confiance

2. Notre technologie unique.

2.1 Classifications opérées par IA vs mots-clés. Détection des orientations éditoriales.

Aller au-delà d’un accès unidimensionnel au savoir.

Les classifications par IA ajoutent 2 dimensions : Orientations éditoriales et contexte temporel.

Lisez le post complet pour voir un exemple d’un événement unique traité de 3 façons différentes dans 2 pays différents

Classifications opérées par IA vs mots-clés. Partie 1/2 : Détection des orientations éditoriales.[mise à jour]

2.2 Classifications opérées par IA vs mots-clés : Evolutions dans le temps

Pour la sélection de contenu : Les classifications par IA peuvent détecter les orientations éditoriales ET les évolutions dans le temps. Les mots-clés ne le peuvent pas.

La perception d’un événement évolue avec le temps, de même que nos classifications par IA.

Comment la classification par IA peut-elle faire cela ?

Dans un article précédent, nous avons expliqué le fonctionnement de notre IA :

Comment fonctionne notre classification par Intelligence Artificielle.

Chaque nouvel article est classé comme suit :

Pourquoi c’est très important.

Ce qui est vrai au moment de la publication peut ne pas l’être au moment de l’analyse, ou de la publicité…

Classifications opérées par IA vs mots-clés. Partie 2/2 : Evolutions dans le temps

Questions? Dîtes-nous !

France: 2 fois plus confiance envers une connaissance, qu’en les sources d’informations.

Selon Ipsos, l’information en provenance d’une connaissance inspire presque deux fois plus de confiance qu’une information issue d’un média d’après Ipsos.

Les Français font beaucoup moins confiance.

Confiance en France vs Autres :
37 % contre 49 % pour la radio et la télévision,
36% contre 46% pour les journaux et magazines,
30 % contre 45 % pour l’information en ligne.

64 % font confiance à quelqu’un qu’ils connaissent.

En dehors de cette question : « où les gens qu’ils connaissent obtiennent l’information « , on peut aussi lier ce ratio de  » deux fois confiance quand je connais  » clairement visible dans ce graphique.

Trouver des sources de confiance est le fondement de TrustedOut :

Une base de données de médias profilés AI.

« Pour l’analyse et la sécurité de la marque,
ce qui n’est pas digne de confiance à l’entrée, ne peut pas être digne de confiance à la sortie. »

Des questions ? Posez-les 🙂

 

Ils disent de nous. [update #2]

Voici une courte sélection des feedback collectés récemment:

Agences

Nous avons rencontré Franck Farrugia, Chief Executive Officer, Omnicom Group France, et il dit de nous:

« TrustedOut nous apporte ce que nous cherchions depuis longtemps, c’est-à-dire une construction dynamique d’environnements de diffusion publicitaires sécurisés pour nos annonceurs. Mais cela bien aussi bien au-delà, puisqu’ils nous permettent de sélectionner des environnements de diffusion selon les niveaux de confiance qu’une audience et qu’un groupe cible accorde à un contenu, permettant alors de maximiser l’impact publicitaire, car plus que jamais, la confiance est l’enjeu majeur dans la relation marques, consommateurs. » 

Annonceurs

Nous avons rencontrés Samir, Chief Digital Officer à La Redoute, et il a écrit ceci:

Chercheurs et professeurs.

Nous avons également rencontré Fabrice de SciencePo et Dominique, qui a travaillé pour l’Ecole Polytechnique de Lausanne et SciencePo. Après notre meeting, Dominique a écrit ceci: TrustedOut: l’IA pour expliciter à qui VOUS faites confiance

Gouvernement.

Nous avons rencontré Eric Bothorel, Député des Côtes d’Armor, à l’Assemblée Nationale, en charge des questions de Hate Speech sur Internet:

 

Beaucoup plus pour très bientôt….

Des questions ? Contactez-nous !

 

 

Près de 6 Canadiens sur 10 blâment les États-Unis pour l’effet des fausses nouvelles au Canada

L’enquête – réalisée par Ipsos pour le compte du Centre pour l’innovation dans la gouvernance internationale – visait à sonder l’opinion de 25 000 internautes dans le monde sur la sécurité et la confiance sur Internet. [ref article]

89 % des internautes canadiens pensent que les médias sociaux sont la principale source de méfiance à l’égard d’Internet.

Partagez-vous cette opinion ?

86% se sont déjà avoir par une « fake news » au moins une fois.

Et vous ?

« L’enquête de cette année sur les attitudes mondiales souligne non seulement la fragilité d’Internet, mais aussi le malaise croissant des internautes face aux médias sociaux et au pouvoir que ces entreprises exercent sur leur vie quotidienne « , a déclaré Fen Osler Hampson, membre du CIGI et directrice de son programme politique et sécuritaire mondial.

Importance pour la Business Intelligence :
Pas de confiance, pas d’intelligence.

La méfiance a un prix pour les particuliers, mais aussi pour les entreprises.

Définissez vos critères pour des médias de confiance, Obtenez les contenus dont vous avez besoin.

Rendre l’Intelligence Sociale crédible et plus pertinente.

Pouvez-vous prendre des décisions stratégiques sur des analyses douteuses ?

Des questions ? Contactez-nous !

« Fausses nouvelles » ne veut presque rien dire.

Ce post est inspiré de cet article du Washington Post (en anglais)

3 Américains sur 4 pensent que les médias traditionnels rapportent des « fake news »…

Ce chiffre provient d’un sondage réalisé en 2018 à l’Université Monmouth.

Nous n’entrerons pas dans l’argumentation politique, mais nous nous concentrerons sur la définition de ce que signifie  » fake news ».

… mais que signifie « fake news » ?

« Quand vous voyez le résultat, vous ne savez pas ce que cela signifie « , a déclaré Tom Rosenstiel, directeur exécutif de l’American Press Institute, qui a une expérience des sondages chez Pew Research.

« Il pourrait s’agir d’histoires que je n’aime pas, d’histoires qui critiquent une personne que j’aime, d’histoires qui comportent une erreur factuelle, d’histoires qui sont fondamentalement fausses ou d’histoires inventées par des farceurs ou des propagandistes politiques à partir de tout le tissu « , dit-il.

Les « fake news » sont-elles des « articles factuels que je n’aime pas » ?

Et si les « fausses nouvelles » comprennent des « reportages factuels que je n’aime pas », il n’est pas étonnant que les chiffres négatifs soient si élevés. S’il comprend aussi des « décisions éditoriales » qui ont des répercussions négatives sur un titulaire de charge, c’est encore moins étonnant.

Le problème ne sont pas les « fake news », mais « la définition de votre confiance ».

Le niveau de confiance dans « Media que je lis » est supérieur de 50% à celui des médias en général.

…. et la définition de votre confiance est ce qu’est TrustedOut.

TrustedOut :
Une base de données de médias profilés AI.

Pour l’analyse sémantique et la Brand Safety,
« what’s not Trusted In, can not be Trusted Out.”

Des questions ? Contactez-nous !

 

Les gens ont transféré leur confiance dans les relations qui sont sous leur contrôle.

Seulement 1 sur 5 croit que le système fonctionne, et 1 sur 2 pense le contraire.

Dans cet article, Why The Most Trusted Brands Will Also Be The Most Successful, Which-50 Media écrit : « Selon les auteurs (2019 Global Edelman Trust Index), « la confiance a profondément changé au cours de l’année écoulée – les gens ont déplacé leur confiance vers les relations qui sont sous leur contrôle. En effet, l’étude a révélé un désir urgent de changement. « Tous les[clients] partagent un désir urgent de changement. Seulement un sur cinq estime que le système fonctionne pour eux, et près de la moitié de la population croit que le système ne fonctionne pas pour eux. »

Pourquoi ? Méfiance croissante à l’égard des médias et du gouvernement.

La méfiance existe, tant dans les médias que dans les gouvernements, tant en Europe qu’aux États-Unis.

Méfiance à l’égard des médias motivée par la méfiance à l’égard du gouvernement.

Rappel : Les clients/lecteurs créditent de plus de valeur les marques dans lesquelles ils ont confiance pour faire ce qu’il faut pour eux.

1/ Preuve : 50 % plus de confiance dans les médias utilisés que dans les médias en général.

Si la méfiance est générale, la définition de la confiance est personnelle.

2/ Point : La confiance du consommateur/lecteur fait la valeur de la marque.

La confiance des consommateurs est un élément vital et clé de différenciation pour les éditeurs

3/ Attention : Les placements publicitaires douteux ont un impact négatif sur les valeurs de la marque.

Brand Safety Violations : Les consommateurs questionnent les motivations de la marque.

Conclusion : Les Marketers doivent analyser et whitelister les sites dans lesquels ils font confiance.

Rendre l’Intelligence Sociale crédible et plus pertinente.

Pouvez-vous prendre des décisions stratégiques sur des analyses douteuses ?

Résoudre la Brand Safety avec des Listes Blanches opérées par IA.

Souhaitez-vousmettre votre marque en péril ?

Des questions ? Contactez-nous !

L’Open Web est-il en danger ?

Dans ce billet, nous partagerons nos conclusions d’un article récent de l’AdAge : OPINION: THE CLOSED NATURE OF THE OPEN WEB

« Peu sont devenus les gardiens du plus grand nombre, à la fois en termes d’information et de publicité… »

Nous vous recommandons fortement de lire l’article, mais passons directement à l’opinion exposée aujourd’hui : « Pour l’instant, le petit nombre est devenu le gardien du plus grand nombre, tant sur le plan de l’information que sur celui de la publicité. Du point de vue de l’information, on a sonné l’alarme et les acteurs de Washington ont commencé à discuter sérieusement d’une éventuelle rupture de la grande technologie. Où sont les alarmes du côté de la publicité ? »

Pour ce qui est de l’information, nous sommes d’accord,

Comme nous l’avons écrit dans des posts précédents :

Sauver le journalisme. [mis à jour le 19 février 2019]

Confiance, médias et démocratie

Pour la partie publicité : Ne mettez pas tous vos oeufs publicitaires dans les mêmes paniers des réseaux sociaux.

Nous avons été sensibles à 3 arguments :

« ….récompenser les contenus préjudiciables tout en diminuant le financement du journalisme de qualité. »

« Le ravitaillement d’environnements dangereux.
Lorsque la publicité est diffusée sur les principales plateformes technologiques, les annonceurs accordent la même valeur à tous les contenus, qu’il s’agisse de journalisme de haute qualité ou d’éditoriaux générés par les utilisateurs. Ce faisant, ils alimentent les moments dangereux qu’ils tentent d’éviter. L’ironie, c’est que beaucoup d’annonceurs ne sont prêts qu’à mettre en pause leurs dépenses sur YouTube, mais ils élimineront complètement la publicité autour d’un contenu d’information de qualité – récompensant les contenus nuisibles tout en diminuant le financement pour un journalisme de qualité. »

Le contexte d’un réseau social est-il le plus approprié pour votre message de marque ?

« Le contexte approprié.
Si vous ne faites de la publicité que sur Facebook (ou Google, Amazon, etc.), alors vous n’atteignez un public que lorsqu’il est dans son état d’esprit Facebook (ou Google, Amazon, etc.). Et ce n’est peut-être pas l’état d’esprit le plus propice à votre message et à vos objectifs. Sur le web ouvert, les annonceurs peuvent cibler leurs publicités non seulement par public, mais aussi autour d’un contenu pertinent et de grande valeur qui met un halo autour de leurs marques. Tout simplement, la publicité contextuelle fonctionne. Lorsque les consommateurs voient des messages qui sont pertinents à leurs intérêts, au moment où ils s’y adonnent, ces messages sont beaucoup plus susceptibles d’avoir de la résonance. »

Valoriser l’engagement social par rapport à l’engagement de la marque.

« Valeur négative de la marque
Le design même de ces plates-formes est destiné à dépouiller la marque. Les gens ne disent pas : « J’ai vu une pub GM. » Ils disent : « J’ai vu une pub sur Facebook. » Le plus grand tour de passe-passe de ces plates-formes a été d’amener les OCM à privilégier l’engagement social par rapport à l’engagement de la marque. C’est exactement le contraire de ce que la publicité est censée accomplir. »

Vérification du profile de la source.
Selon notre Taxonomie, AdAge est :

Spécialisé en:
General › Economy And Enterprise › Marketing
Industries › Information And Communication › Online Media
Industries › Manufacturing And Retail › Consumer Goods
People › Entertainment And Leisure › TV And Video And WebTV
People › Lifestyle › Food And Beverage

Qu’en pensez-vous ?

Les pays développés se méfient des réseaux sociaux, pas les pays en développement.

Ce billet est inspiré de cet article de The Guardian (UK Edition) [Traduit avec www.DeepL.com/Translator]

Plus de quatre Britanniques sur cinq se méfient des plates-formes telles que Facebook et Twitter…

« …avec d’autres pays développés comme la France, l’Allemagne et les États-Unis, pas loin derrière. Les attitudes contrastent fortement avec celles des pays à revenu intermédiaire comme le Brésil, l’Inde et le Mexique, où la confiance est beaucoup plus élevée…. seulement 12 % font confiance aux informations provenant des médias sociaux, contre 83 % qui n’ont pas ou peu confiance aux plateformes comme Facebook et Twitter. »

Moins de 30 % font confiance aux réseaux sociaux dans les pays développés, plus de 50 % dans les pays en développement.

 » En tout, 23 % des Américains ont dit faire confiance à l’information tirée des médias sociaux, tout comme 20 % des Allemands et 28 % des Canadiens. Dans les pays en développement, cependant, la confiance était beaucoup plus élevée : une majorité d’Indiens (52%), de Saoudiens (52%) et de Thaïlandais (52%) faisaient confiance aux informations provenant des médias sociaux – comme 51% des Polonais ».

Le Royaume-Uni et les États-Unis font confiance aux organes d’information locaux.

 » La majorité des Britanniques n’ont fait confiance qu’à deux sources d’information : les chaînes de télévision nationales (61%) et les organes d’information locaux (54%). Seuls les États-Unis se méfiaient davantage des sources d’information en général. Selon le sondage, les médias locaux sont les seules sources d’information en lesquelles une majorité d’Américains (58%) ont confiance ».

Cambridge Analytica, Christchurch, les élections américaines…. ont toutes eu un impact dévastateur sur les réseaux sociaux.

Le scandale de Cambridge Analytica a mis en lumière la capacité et la volonté des grandes entreprises de technologie de recueillir des données et de subvertir la démocratie, tandis que la fusillade de Christchurch est le dernier exemple de terrorisme encouragé par la radicalisation en ligne.YouTube a été continuellement trouvé montrant un contenu inapproprié aux enfants, et tous les réseaux sociaux ont été impliqués dans la guerre de l’information entre États, à commencer par les trolls russes découvert sur Twitter après les élections américaines « .

Le désir de régularisation.

« De tels épisodes expliquent pourquoi la Grande-Bretagne est à l’avant-garde des appels en faveur d’une réglementation accrue des entreprises de médias sociaux et de technologie. Plus de 60% des Britanniques pensent que ces entreprises devraient être réglementées davantage qu’elles ne le sont actuellement, contre seulement 6% qui pensent qu’il y a trop de réglementation et 15% qui pensent qu’il y a la bonne quantité ».

Médias sociaux vs médias traditionnels

Dans un article précédent :

Obtenez de l’information des médias traditionnels, ayez une conversation sur les médias sociaux. Pas l’inverse.

Comprendre qui parle.

Nous basons ce billet sur TheGuardian.com (UK). Avant d’écrire quoi que ce soit, nous utilisons TrustedOut pour comprendre qui ils sont : ils ne sont pas repérés comme n’importe quel contenu toxique, comme les fausses nouvelles, les fausses sciences, les conspiracistes…. Mais connaissent-ils bien l’édition ? Demandons la taxonomie TrustedOut.

TheGuardian.com (UK) vu par la taxonomie, opérée par IA, de TrustedOut.

Questions ? Dites-nous !